Le muguet et le 1er mai

Estándar

Le muguet du 1er mai, fleur du bonheur et du travail.

muguetLa plante herbacée est devenue l’emblème de la fête du Travail, le 1er mai. Mais d’où viennent cette fleur en forme de clochettes et cette tradition désormais ancrée dans notre calendrier ?

Le muguet (convallaria majalis) ou « muguet de mai », appelé aussi « lis des vallées », est une plante herbacée et vivace de la famille des Liliacées. Originaire du Japon, on le trouve aujourd’hui dans de nombreuses zones tempérées de l’hémisphère nord : en France (excepté dans le pourtour méditerranéen) et dans le reste de l’Europe, en Amérique du Nord et en Asie.

Ses fleurs en forme de petites clochettes sont disposées le long d’une hampe unique, et toutes tournées du même côté. Autour d’elles, deux feuilles se dressent, parfois trois. La floraison du muguet est plutôt brève, de l’ordre de 3 à 4 semaines entre avril et juillet.
Ses grelots sont généralement blancs, parfois rosés (c’est le cas pour la variété ‘Rosea’), et offrent un parfum suave, légèrement musqué. Une fois la floraison passée et jusqu’au mois d’octobre, la fleur est remplacée par un fruit sous la forme d’une petite baie rouge. Le muguet se multiplie facilement grâce à son rhizome, appelé « griffe ».

Surveillez enfants et animaux : le muguet est classé parmi les plantes à haute toxicité ! Il contient de la convallarine, un puissant stéroïdien dont les effets sont proches de ceux de la digitaline… Son ingestion provoque vomissements, douleurs abdominales et problèmes cardiaques pouvant entraîner la mort.

Si vous offrez un brin comportant 13 clochettes, vous adresserez au destinataire des vœux de félicité éternelle…

Elle s’offre chaque année en pot ou petites bottes. La fleur aux clochettes blanches carillonne tous les 1er mai dans la rue et les salons à l’occasion de la Fête du Travail.

De l’ancien français musc, lui-même emprunté au grec muskos, soit du sanskrit soit de l’iranien muska «testicule», le muguet cultive dès la Grèce antique, la réputation d’être une fleur divine. Selon la légende, le dieu des arts Apollon aurait tapissé la terre du mont Parnasse de muguets, afin que ses muses ne s’abîment pas les pieds en gravissant sa pente.

Mythes et légendes

 Dans la Rome antique, si la fleur ne sert pas de tapis douillet, elle donne toutefois lieu à des célébrations. Des festivités en l’honneur de la déesse des fleurs Flora qui atteignaient leur apogée le 1er mai.

À l’instar des Celtes. Selon les versions, le peuple se réunissait autour d’un arbre pour danser et chasser les esprits malfaisants, conférant ainsi au muguet, des vertus de porte-bonheur.muguet 2

De symbole de douceur et de félicité, le muguet fleurira également dans la tradition catholique comme l’emblème du renouveau et de la vie.

Nathalie Chahine rappelle deux de ces récits dans Son petit livre du langage des fleurs (Chêne). Le premier trouve ses racines dans le culte à la vierge Marie, dont les larmes versées au pied de la Croix ont donné naissance aux clochettes blanches. Le second fait référence au jardin d’Éden. «Ce sont les larmes versées par Ève en le quittant qui seraient à l’origine de la création du muguet», raconte l’auteur. Une manière d’insuffler de la théologie dans le paganisme latent du muguet, comme ce fut le cas pour la Chandeleur, le sapin de Noël.

Durant l’ère médiévale, le muguet devient un symbole d’amour. On l’accroche au-devant des portes pour obtenir de son Roméo un doux baiser. Si la fleur aux clochettes est déjà bien connue des ménages, il faut toutefois attendre Charles IX, pour la voir véritablement fleurir dans les usages. En 1560, le roi est en visite avec sa mère Catherine de Médicis dans la Drôme. Il reçoit de la part du chevalier Louis de Girard de Maisonforte un brin de muguet. Ravi par cette petite pousse, il décide l’année suivante d’en distribuer aux dames de sa cour en guise de porte-bonheur. La tradition était née.

Ou presque. Il faudra encore patienter le temps de quelques potins et bons mots pour que l’usage l’adopte. Notons par exemple l’anecdote musicale du 1er mai 1895. Ce jour-là, le chanteur Felix Mayol, (créateur de Viens, Poupoule!) débarque à Paris, pour la première d’une série de concerts. Afin de lui porter chance, son amie Jenny Cook, décide de lui offrir un bouquet de muguet dont il porte quelques brins à sa boutonnière. Une superstition payante. Le spectacle est un succès et Mayol décide alors de faire de cette fleur l’emblème du bonheur. Tout comme ses fans.

Si la musique joua un rôle important dans la légende du muguet, la mode ne fut pas en reste. En 1900, les grands couturiers parisiens offrent, à l’occasion d’une grande fête, à chaque femme un brin de muguet. Une idée charmante pour les couturières qui choisiront dès lors, d’en donner chaque année à leurs clientes.

Le 1er mai et le muguet

automotivatorLe 1er mai 1886 à Chicago, les syndicats américains mirent en marche un mouvement revendicatif dans le but de réclamer la journée de huit heures de travail. Malgré plusieurs actions et des dizaines de morts, leur requête ne fut pas entendue.

En 1889 à Paris, le Congrès de la IIe Internationale Socialiste entra à son tour dans la lutte pour la réduction du temps de travail. Le 1er mai fut alors désigné comme journée de revendication, en souvenir des événements de Chicago. Le combat ne fut pas vain : le traité de Versailles adopta la journée de huit heures de travail.
En 1941 sous l’Occupation, le maréchal Pétain déclara le 1er mai « Fête du Travail et de la concorde sociale » afin de rallier les ouvriers au gouvernement de Vichy. Le jour devint férié, chômé et payé. L’églantine rouge, jusque-là symbole des contestations du 1er mai et du socialisme, fut alors remplacé par le muguet, en fleur à cette période de l’année.
Cette mesure du 1er mai comme jour férié fut reprise en 1947 après la guerre par le gouvernement issu de la Libération.
Aujourd’hui, le muguet est plus que jamais la fleur du 1er mai, autant pour sa portée politique que pour ses vertus porte-bonheur. Et ce jour-là dans la rue, chacun a le droit de vendre des brins de muguet !

Vous en avez plus:

http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2018/05/01/37002-20180501ARTFIG00007-le-muguet-du-1er-mai-fleur-du-bonheur-et-du-travail-selon-petain.php

https://blog.interflora.fr/fiches-fleurs/muguet/

https://www.lci.fr/societe/fete-du-travail-tradition-muguet-1er-mai-2018-pourquoi-offrir-des-brins-1500130.html

 

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

w

Conectando a %s